Recent publications in the history and philosophy of the language sciences – June 2020

Émilie AUSSANT et Aimée LAHAUSSOIS (dir.) 2019. Faits de Langues 50-2. “Grammaires étendues” et descriptions de morphologie verbale. Leiden: Brill. ISSN 1958-9514
Publisher’s website

Cover Faits de LanguesCette livraison de Faits de Langues rassemble quelques-uns des travaux présentés lors d’une journée d’étude consacrée aux “retombées” du phénomène des “Grammaires étendues” en linguistique descriptive, organisée en novembre 2016 avec le soutien du LabEx EFL. Cet ensemble d’articles, rédigés par des linguistes descriptivistes qui s’interrogent sur les modèles grammaticaux utilisés, au cours de l’histoire, pour la description des langues ou des aires sur lesquelles ils travaillent, est éclairant à – au moins – deux titres : il connecte les pratiques actuelles avec l’histoire des descriptions, faisant émerger, pour une langue ou un sous-groupe de langues, l’évolution des termes et représentations utilisés ; il montre, à ceux qui travaillent “au présent”, toute l’utilité des descriptions des langues réalisées par le passé. Outre les données que ces descriptions rassemblent, qui intéressent les descripteurs pour la dimension diachronique qu’elles donnent à voir, elles prouvent à quel point le “bricolage” des prédécesseurs est riche d’enseignements, à bien des égards. Read more ›

Posted in Announcements, Publications, Uncategorized

Podcast episode 6: Schleicher’s morphology and Steinthal’s Völkerpsychologie

Steinthal Charakteristik

In this episode, we look first at August Schleicher’s proposal for a linguistic “morphology” and its intellectual background in nineteenth-century biology. We then compare Schleicher’s approach to the scheme of language classification developed by H. Steinthal within Völkerpsychologie, or “psychology of peoples”.
Read more ›

Posted in Podcast

Lénine, Saussure et la théorie des hiéroglyphes

Patrick Sériot
Universités de Lausanne et de Saint-Pétersbourg

PastedGraphic-1
Introduction

La réception positive de Saussure est bien connue, elle est au fondement des manuels de linguistique générale dans la plupart des pays. Curieusement, on s’attarde beaucoup moins sur sa réception négative, sinon pour la rejeter dans l’enfer des erreurs comme étant aussi dépourvue de pertinence que l’histoire du phlogiston pour la chimie ou des esprits animaux pour la médecine.[1]

Il me semble cependant qu’il y a mieux à faire que l’ignorance volontaire en ce domaine, et qu’une étude minutieuse de cette réception négative pourrait nous éclairer sur certains aspects de la théorie et de la pratique saussuriennes.

Ainsi en va-t-il d’une accusation qui, en URSS des années 1920-30-40 valait comme anathème : Saussure serait le promoteur de la « théorie des hiéroglyphes en linguistique », thème extrêmement mal documenté dans la littérature linguistique en Occident. Or cette accusation soulève, à mon avis, un problème épistémologique de première importance.

Qu’est-ce que la théorie des hiéroglyphes en linguistique ? Quel est le sens de cet anathème ? Que peut-il nous apprendre 1) sur Saussure, 2) sur ses détracteurs ?

L’association inédite de Saussure aux hiéroglyphes est un témoignage du milieu culturel et intellectuel soviétique de l’époque tout autant que politico-idéologique. Le thème plus général de la réflexion sur le langage et le signe en Russie soulève à son tour une comparaison dans l’espace et le temps : la vie intellectuelle en Russie fait-elle partie de la « tradition occidentale » ? si oui, pourquoi en est-elle si souvent écartée ? si non, quelle en est la spécificité ? Et d’autre part, les parallèles avec une autre époque où l’on s’interrogeait sur la nature et l’origine du langage, à savoir les XVIIème et XVIIIème siècles européens, sont si nombreux qu’une comparaison s’impose.

De cette vaste série de questions on ne traitera ici qu’une infime partie : l’interprétation de la linguistique saussurienne comme une « théorie des hiéroglyphes » en URSS jusqu’à l’extinction progressive de l’ère stalinienne (milieu des années 1950).

Il faudra dans un premier temps retracer les étapes terminologiques et conceptuelles de l’interprétation des hiéroglyphes égyptiens, puis explorer le contexte idéologique et philosophique de l’emploi métaphorique de ce terme dans le marxisme soviétique ; et enfin examiner les arguments de la critique soviétique de Saussure à travers cette notion de hiéroglyphe. Sémiotique et philosophie du langage en tireront peut-être quelque nouvel éclairage. Read more ›

Posted in Article

PhD Position KU Leuven: Languages Writing History

KU Leuven is advertising a four-year PhD position at the Faculty of Arts as part of the FWO-funded project “Languages writing history: the impact of language studies beyond linguistics (1700-1860)”. The aim of this project is to study the history of the language sciences and the formation of linguistics as a discipline from a ‘post-disciplinary’ point of view: how the study of language evolved from an instrumental subject into an autonomous domain, how it affected other fields of study, and what was lost in the process of discipline formation. The selected candidate will pursue a research project that addresses these issues under the supervision of Dr Toon van Hal (Historical, Comparative, and Applied Linguistics) and Dr Floris Solleveld (Cultural History since 1750). Read more ›

Posted in Jobs and funding

Recent publications in the history and philosophy of the language sciences – May 2020

Beata SHEYHATOVITCH & Almog KASHER. 2020. From Sībawayhi to ʾAḥmad Ḥasan al-Zayyāt: New Angles on the Arabic Linguistic Tradition. Leiden:Brill. Studies in Semitic Languages and Linguistics, Volume, 101. ISBN : 978-90-04-42321-3
Publisher’s website

Read more ›

Posted in Announcements, Publications, Uncategorized

Podcast episode 5: Comparativism in the mid-19th century – August Schleicher and materialism

Stammbaum

In this episode, we look at the expansion of comparative-historical linguistics around the middle of the nineteenth century. We focus in particular on the figure of August Schleicher, the great consolidator of the field, and his “materialist” philosophy of science.
Read more ›

Tagged with: , ,
Posted in Podcast

Johann Christoph Adelung, a forerunner of modern bilingual lexicography

Jacques François
University of Caen-Normandy
www.interlingua.fr

1. A forgotten German Enlightenment philosopher

Johann Christoph Adelung (1732–1806) was one of the main promoters of the Volksaufklärung (popular Enlightenment) in the vein of Christian Wolff, eager to synthetize what the broad cultivated audience of the second half of the 18th century could benefit from in the philosophy of the Enlightenment.

Today the memory of his achievements has faded in Germany and he is scarcely known abroad, despite two memorable aspects of his prolific work: on the one hand his dictionaries, and on the other the Mithridates, a vast collection of the languages of the world known at the time, of which he was only able to complete the first volume, before Johann Severin Vater finished editing the next three volumes in 1817 with the participation of Alexander and Wilhelm von Humboldt (see François to appear).

2. Adelung, critical emulator of Samuel Johnson

Adelung was a connoisseur of the English language due to his intense activity as a translator.[1] He admired Samuel Johnson’s reference dictionary, the greatest of its kind in the mid-18th century, and held it up as the sole model against which he wished to measure his own work. He made observations to this effect in his “Small grammatical and critical dictionary of the English language for German people” (Kleines grammatisch-kritisches Wörterbuch der englischen Sprache für die Deutschen, 1783) and in the third of his Philological essays published in English in 1798.

Adelung frontispieces

Fig.1 : Frontispieces of Adelung’s bilingual dictionary (ed. of 1796) and Three philological essays (1798)

Read more ›

Posted in 18th century, 19th century, Article, History, Lexicography, Linguistics

Galant grammarians: Donneau de Visé’s Mercure galant

Doyle Calhoun
Yale University (Department of French)

What was the Mercure galant and why should it interest historians of linguistics?

Founded in 1672 by Jean Donneau de Visé (1638–1710) — journalist and royal historiographer under Louis XIV — the bestselling monthly periodical and literary gazette Le Mercure galant has for some time been considered a privileged primary source for scholars of seventeenth-century France and, in particular, for specialists of the rise of print culture.[1] Though the publication is frequently evoked today in terms of the editorial and publication strategies of modern journalism, Donneau de Visé’s Mercure galant presents nonetheless a certain singularity, given its heterogeneity, periodicity, and innovativeness. To borrow Christophe Schuwey’s apt characterization, the Mercure galant was less a journal and more a ‘receuil interactif’ of social entertainment: a veritable salon de papier.[2] Read more ›

Posted in 17th century, 18th century, Article, Grammars

Recent publications in the history and philosophy of the language sciences – April 2020

Bernard Colombat et Aimée Lahaussois (dir). 2019. Histoire des parties du discours. Leuven : Peeters. Orbis Supplementa, 46. XXII-563 p. ISBN : 978-90-429-3952-3
Publisher’s website

9789042939523-333x500Comment définir le nom ? Qu’est-ce qu’un verbe ? Faut-il faire du pronom une catégorie distincte du nom ? Pourquoi l’article est-il une catégorie reconnue seulement dans certaines langues ? À partir de quel moment a-t-on fait de l’adjectif une classe de mots à part ? Peut-on trouver des interjections dans toutes les langues ? Y a-t-il des classes de mots universelles ? Pourquoi le nombre de parties du discours varie-t-il d’une langue à l’autre ? Read more ›

Posted in Publications, Uncategorized

Podcast episode 4: Interview with Jürgen Trabant on Wilhelm von Humboldt

Jürgen Trabant

In this episode, we talk to Jürgen Trabant about Wilhelm von Humboldt. Read more ›

Posted in 19th century, Europe, History, Linguistics, Philosophy, Podcast, Typology