Horizons of projection – The Future of Linguistic Knowledge: A Historical Perspective, open workshop at ICHoLS XV, 24–28 August 2020, Milan

Convenors:
Jean-Marie Fournier, Christian Puech, Valérie Raby (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 / Histoire des théories linguistiques)

The Fifteenth International Conference on the History of the Language Sciences, ICHoLS XV, will be held from 24–28 August 2020 in Milan. An open workshop on ‘Horizons of projection’ will be included in the programme. For this workshop, we invite abstracts for 20-minute papers (400 words max.) before 1 December 2019.

The workshop aims at exploring the “horizons of projection” of linguistics and the forms they may take depending on the historical and cultural context. A “Horizon of projection” can be defined as the anticipation of the evolution of a field of knowledge, a discipline, a theory or a school of thought. In other words the workshop will provide an opportunity to reflect on the history of the ways that, as Michelet put it, “each era dreams the next”.
Papers may deal with any historical period or any cultural area and will focus on any of a broad range of themes, such as:

  • What is/was the nature of these horizons of projection for linguistics (anticipation, imagination, projection, scientific programmes, prospective attitudes, planning, prophecies, etc.)?
  • What do these « futures in the past » reveal? What is their function? What is at stake?
  • What socio-institutional conditions contribute to the projection of linguistic knowledge?
  • What are the links between the horizons of projection and the horizons of retrospection, which are their past-oriented counterparts?
  • To what extent can the activity of linguists be regarded as the realization of past projections?
  • Is the predictive character of theories a sufficient element to define a horizon of projection?
  • Which forms of discourse reveal prospective considerations (prefaces, addresses to the reader, grammatical texts, texts about the history of grammar, texts pertaining to institutional planning)?
  • Which historiographical categories enable us to conceptualize this area of the history of linguistics?

Selected references:

Auroux Sylvain, 1995, « L’histoire des sciences et le paradoxe historiographique », Le Gré des langues 8, p. 40-63.

Bertrand Régis, Crivello Maryline et Guillon Jean-Marie, 2014, « Figures du temps, projections de l’avenir. Récits et images », R. Bertrand Régis, M. Crivello et J.-M. Guillon (éd.), Les historiens et l’avenir. Comment les hommes du passé imaginaient leur futur. Mélanges offerts à Bernard Cousin, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, p. 11-24.

Fournier Jean-Marie et Raby Valérie (à paraître) « Pour une histoire des avenirs : note sur les horizons de projection dans l’histoire de la linguistique », Hommage à Christian Puech, Presses de la Sorbonne nouvelle.

Koselleck Rheinart, 2016 [1990], Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques. Préface de Sabina Loriga ; traduit de l’allemand par J. Hoock et M.-C. Hoock, Paris, Éditions EHESS.

Puech Christian, 2006b, « Pour une histoire de la linguistique dans l’histoire de la linguistique ? », présentation de « Histoire des idées linguistiques et horizons de rétrospection », Histoire Épistémologie Langage XXVIII-1, p. 9-24.

Puech Christian et Raby Valérie, 2011b, « Formes et enjeux de la rétrospection », présentation de C. Puech et V. Raby (dir.) « Histoire de la linguistique et horizons de rétrospection II », Histoire Épistémologie Langage XXXIII-2, p. 5-14.

Please send abstracts (max. 400 words) for presentations to valerie.raby@wanadoo.fr before 1 December 2019.

For more information: https://convegni.unicatt.it/ichols

FRENCH VERSION :

Horizons de projection – Histoire des représentations de l’avenir des savoirs linguistiques

Responsables : Jean-Marie Fournier, Christian Puech, Valérie Raby (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 / Histoire des théories linguistiques)

Cet atelier propose d’explorer les formes, variables selon les époques et les aires culturelles, prises par les « horizons de projection » en linguistique. On entend ici par « horizon de projection » l’anticipation de l’avenir d’un champ de connaissances, d’une discipline, d’une théorie, d’une école. Autrement dit, nous proposons de réfléchir à l’histoire des manières dont, selon la fameuse formule de Michelet, « chaque époque rêve la suivante ».

Les propositions de communications pourront concerner toutes les périodes de l’histoire et toutes les aires culturelles, et s’inscrire dans le champ ouvert par les questions suivantes (la liste n’est pas exhaustive) :

  • De quelle nature sont – ont été – les horizons de projection de la linguistique (anticipations, rêveries, projections, programmes scientifiques, prospectives, planifications, prophéties, etc.) ?
  • Quel sont le statut, la fonction, les enjeux, de ces futurs dans le passé ?
  • Quelles conditions socio-institutionnelles favorisent la projection des savoirs linguistiques ?
  • Comment les horizons de projection sont-ils articulé aux horizons de rétrospection, c’est-à-dire aux représentations du passé que se donnent les théories linguistiques à tel moment de leur histoire ?
  • Dans quelle mesure l’activité des linguistes se conçoit-elle comme la réalisation de projets (ou de programmes) formulés dans le passé ?
  • Le caractère prédictif des théories suffit-il à constituer un horizon de projection ?
  • Quelles formes de discours portent l’inscription de considérations prospectives (préfaces, adresses au lecteur, corps même des exposés grammaticaux, écrits d’histoire de la grammaire proprement dits, textes relevant de la planification institutionnelle)
  • Quelles catégories historiographiques permettent-elles de penser cette dimension de l’histoire de la linguistique ?

Quelques références :

Auroux Sylvain, 1995, « L’histoire des sciences et le paradoxe historiographique », Le Gré des langues 8, p. 40-63.

Bertrand Régis, Crivello Maryline et Guillon Jean-Marie, 2014, « Figures du temps, projections de l’avenir. Récits et images », R. Bertrand Régis, M. Crivello et J.-M. Guillon (éd.), Les historiens et l’avenir. Comment les hommes du passé imaginaient leur futur. Mélanges offerts à Bernard Cousin, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, p. 11-24.

Jean-Marie Fournier et Valérie Raby (à paraître) « Pour une histoire des avenirs : note sur les horizons de projection dans l’histoire de la linguistique », Hommage à Christian Puech, Presses de la Sorbonne nouvelle.

Koselleck, Rheinart, 2016 [1990], Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques. Préface de Sabina Loriga ; traduit de l’allemand par J. Hoock et M.-C. Hoock, Paris, Éditions EHESS.

Puech Christian, 2006b, « Pour une histoire de la linguistique dans l’histoire de la linguistique ? », présentation de « Histoire des idées linguistiques et horizons de rétrospection », Histoire Épistémologie Langage XXVIII-1, p. 9-24.

Puech Christian et Raby Valérie, 2011b, « Formes et enjeux de la rétrospection », présentation de C. Puech et V. Raby (dir.) « Histoire de la linguistique et horizons de rétrospection II », Histoire Épistémologie Langage XXXIII-2, p. 5-14.

 

Posted in Announcements, Conferences and workshops, Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: